Voile En Ligne 2017-03-30 @ 20:28:15 -04:00 UTC
Le Blogue nautique de référence au Québec!

Bon vent Maxime Rivest!

Maxime Rivest à la barre de son F18 en compagnie de son bon ami Frédéric Lapierre.

Maxime Rivest à la barre de son F18 en compagnie de son bon ami Frédéric Lapierre.

Le président sortant de la CAN F18 nous quitte subitement.

Nouvelle extrêmement triste ce matin. Le coureur et président sortant de la CAN F18 Maxime Rivest est décédé. Il était âgé de seulement 32 ans. Il a été foudroyé chez lui au beau milieu de la nuit de lundi à mardi dernier par ce qui semble être un infarctus. Il laisse dans le deuil sa conjointe Geneviève Proulx avec deux petits enfants en très bas âge.

Il est pour le moins affligeant de voir un si beau groupe de jeunes être dans une peine aussi incroyable. Mais c’est là la triste réalité que vivent les membres de la CAN F18 ainsi que bon nombre de marins et de gens du milieu de la voile qui connaissait très bien ce jeune homme sympathique et enjoué. À commencer par les gens de voile à Trois-Rivières (le patelin de Maxime) mais aussi de beaucoup d’autres régions du Québec, étant donné que le circuit de la CAN F18 tient ses régates un peu partout. Tous sont unanimement stupéfiés et attristés par la nouvelle.

Le coureur Maxime Loiselle est comme tout le monde, complètement scié. « Je connaissais Max depuis longtemps. Il naviguait avec Frédéric Lapierre. Cette nouvelle est épouvantable. Je pense surtout à sa conjointe et leurs deux enfants. En ce moment, on a tous l’impression de vivre un cauchemar. On espère se réveiller et se dire que c’est passé. Mais malheureusement, ce n’est pas le cas. C’est la triste réalité. »

De son côté, le Trifluvien Sylvain Carignan n’en revenait pas non plus. « J’ai connu Max lorsqu’il était gamin. Il tournait autour des catamarans au club à Trois-Rivières avec l’obsession de naviguer à son tour le moment venu. Il devait avoir une dizaine d’années dans le temps. Il avait le feu sacré. Ça se voyait dans ses yeux. Il nous aidait à monter et démonter les catas. Plus tard on s’est revu chez Sextant Marine. Il s’était acheté un bateau et il s’élançait avec son ami Fredéric Lapierre. Ça me faisait un petit velours de penser qu’il était rendu là après avoir eu la piqûre en notre compagnie. Son départ me fait beaucoup de peine. Ce n’est pas normal d’enterrer ses enfants. Je me mets aussi à la place de ses parents. Bon sang que ça doit être dur ! »

Le coureur Olivier Pilon et sa conjointe Stacey Buckley sont de passage au Québec. Les deux opèrent maintenant un catamaran de croisières dans le sud. « Je l’ai su hier. Max [Loiselle] m’a texté pour demander que je le rappelle. Ça a cogné très dur. Il n’a pas pris de gants blancs. C’est difficile à comprendre. Nous sommes tous des gens qui pratiquons un sport et qui sont censés être en bonne condition physique. Un événement comme ça est très difficile à expliquer. Ça fait réfléchir. Stacey et moi nous sommes secoués. Ça nous rappelle qu’il n’y a pas une minute à perdre. »

Le plus affecté est cependant le compagnon de route de Maxime Rivest, son bon ami Fred Lapierre. « J’ai perdu mon frère il y a dix ans dans un accident de la route. Je commençais tout juste à faire mon deuil. Et là, je perds mon meilleur ami. Nous sommes allés au Mexique ensemble. On a bourlingué. Un jour, il m’annonce qu’il va voir le championnat canadien de Catamarans de sport. Moi je ne pouvais pas y aller, car j’avais des engagements. Il revient au terme de la fin de semaine et il m’annonce qu’il a acheté un bateau. Moi, je n’avais jamais vu un de ces bateaux-là de ma vie. Imaginez ! Le week-end suivant nous sommes sur le lac avec une brise de 12 nœuds. Il navigue comme s’il en avait toujours fait, Les flotteurs décollent et il fait lever le bateau. Il était comme ça. Il ne tenait pas en place. Et le talent lui sortait par les oreilles. La côte va être énorme à remonter pour sa conjointe qui reste avec les deux petits qui ne connaîtront jamais leur père. C’est capotant ! »

Maxime Rivest a participé à de nombreuses courses avec Frédéric Lapierre. Sportivement, il était un fier compétiteur. Tous se rappelleront la fameuse descente du fleuve de 2014 vers Berthier-sur-Mer alors que Max et Fred Lapierre avaient terminé deuxièmes de cette course épique qui s’était déroulée dans des conditions extrêmes.

L’an dernier, Maxime Rivest avait accepté le renouvellement de son mandat de président de la CAN F18. Il occupait ce poste depuis environ 4 ans. L’une de ses très belles réalisations est sans aucun doute la venue de la classe pour une régate dans la magnifique ville de Roberval. Cet événement fût l’un des plus beaux succès du milieu de la voile l’an dernier.

L’équipe de Voile en Ligne est profondément émue du départ prématuré de Maxime, un jeune homme bon prometteur et fort talentueux. Aussi nous tenons à offrir à sa conjointe Geneviève, aux enfants, aux parents et amis de Maxime nos plus sincères condoléances.

On peut avoir accès aux détails des funérailles de Maxime en visitant l’adresse suivante:

http://www.memoria.ca/avis-de-deces-maxime-rivest.html?disparuID=MTM5NzY%3D

Categories
Publicité
Réseaux Sociaux