Voile En Ligne 2017-03-30 @ 20:24:12 -04:00 UTC
Le Blogue nautique de référence au Québec!

Garçon! Un cinq services pour Conrad SVP!

Celebration in the channel during Finish arrival of Conrad Colman (NZL), skipper Foresight Natural Energy,16th of the sailing circumnavigation solo race Vendee Globe, in Les Sables d'Olonne, France, on February 24th, 2017 - Photo Olivier Blanchet / DPPI / Vendee Globe Arrivée de Conrad Colman (NZL), skipper Foresight Natural Energy, 16ème du Vendee Globe, aux Sables d'Olonne, France, le 24 Février 2017 - Photo Olivier Blanchet / DPPI / Vendee Globe

Conrad Coleman remontant le chenal des Sables d’Olonne avec un bateau qui visiblement a souffert…

…Avec une bouteille de champagne…

Ça vaut bien plus qu’un article dans Voile en Ligne. Mais on fait ce que l’on peut à notre niveau. Conrad Colement a terminé ce matin son Vendée Globe contre vents et marées. Un Vendée Globe qui le fera entrer dans la légende. Il devient le premier marin de l’histoire moderne à faire le tour du monde sans une seule goutte de carburant. Un Vendée Globe zéro émission.

Mais ce n’est pas ce qui rend l’exploit si remarquable. Remarquez que tous les navigateurs qui terminent ce tour du monde de fou sont en soi remarquables. Mais vous allez comprendre. Faisons la litanie des emmerdements auxquels Conrad Coleman  a fait face si vous voulez bien.

1) Il trouve un bateau, mais ce dernier est loin d’être prêt. Et surtout, tous savent que ce n’est pas avec ce bateau qu’il remportera la course. C’est un bon bateau, mais il y a de nombreuses optimisations qui nécessiteraient un budget considérable qu’il n’a pas.

2) Il a presque hypothéqué ses bobettes pour partir. Il a payé jusqu’au dernier kopeck qui lui restait son embarquement sur l’aventure, Plus cassé que ça tu pars en tenue d’Adam avec un tonneau autour de la taille soutenu par une paire de bretelles.

3) À trois reprises, Conrad Coleman a dû monter au mât pour réparer ses voiles. Il a fait face à l’une des pires tempêtes du tour dans l’océan Pacifique qui a mis son bateau sens dessus dessous. Plusieurs jours lui ont été nécessaires pour remettre le tout en état.

4)Un début d’incendie a endommagé l’électronique du bord

5)Le bateau s’est couché sous l’effet d’une vague et du pilote automatique qui a décroché suite au début d’incendie.

6) Le voilier a démâté au large du Portugal, forçant Conrad Coleman à construire un gréement de fortune. Il est avec Philippe Poupon et Yves Parlier le seul à avoir complété le tour avec une telle installation.

7) Conrad a été à court de nourriture en raison des retards causés par ses nombreux soucis. Il a dû se nourrir avec les rations de son canoë de sauvetage. Il ne lui restait que deux biscuits lors de son arrivée aux Sables-d’Olonne.

8) Et comme si ça ne suffisait pas, voilà qu’en entrant dans le chenal des Sables-d’Olonne, les allumes de détresse avec lesquelles les marins ont l’habitude de saluer la foule ont refusé de s’enflammer. Bref, quand ça va mal, ça va mal. Évidemment, cette dernière casse est plutôt anecdotique. Mais c’est un peu comme si le sort avait voulu lui dire qu’il allait en baver jusqu’à la toute fin. Heureusement, cette dernière suscite plus le rire que d’autre chose. Mais ça dit tout quand même. En voulez-vous d’autres?

Conrad Coleman devient aujourd’hui le premier Néo-Zélandais de l’histoire à réaliser l’exploit de compléter le Vendée Globe. Mais ce que l’on retiendra, c’est le panache avec lequel il a inscrit son nom en lettre d’or dans l’histoire de cette course.

Il y a une dizaine d’années quand il naviguait avec l’anglais Sam Goodchild, les observateurs avaient été nombreux à dire que ces deux-là avaient un talent exceptionnel. C’était un euphémisme. Ce que le Super Kiwi vient de réaliser aujourd’hui montre qu’il est beaucoup plus loin et plus grand.

Quelle course fabuleuse de Romain Attanasio!

Quelle course fabuleuse de Romain Attanasio!

On s’en voudrait de ne pas souligner l’arrivée aujourd’hui de Romain Attanasio quelque peu éclipsée par celle de Coleman. Le compagnon de route de Sam Davies a fait un course d’anthologie, connaissant lui aussi sa part non négligeable de problèmes. Il a notamment explosé un safran qui l’a forcé à jeter l’ancre au Cap en Afrique du Sud. Après plusieurs jours de travail pour remettre le tout en état, il a repris sa route pour compéter son tour du monde. Est-ce qu’il y a un mot pour qualifier l’incroyable  courage et la détermination extraordinaire de Romain Attanasio? Merci de nous aider le cas échéant, car voilà un superlatif qui manque à notre vocabulaire. Bravo à nos deux héros du jour!

Categories
Publicité
Réseaux Sociaux